Robert Frank

Robert Frank : l’homme qui a réinventé la photographie de rue

Robert Frank, photographe et documentariste suisse-américain, est l’une des figures les plus influentes du monde de la photo de rue. Mieux connu pour son livre « The Americans », le travail de Frank a laissé une impression durable sur le genre, redéfinissant la façon dont les photographes capturent les moments francs et la vie quotidienne. Son point de vue unique et son style innovant ont eu un impact profond sur des générations de photographes.

Jeunesse et carrière

Robert Frank est né à Zurich, en Suisse, en 1924. Ayant grandi dans une famille d’origine juive allemande, il a développé très tôt un intérêt pour la photographie. Robert Frank a commencé sa carrière en tant que photographe commercial, faisant un apprentissage dans divers studios en Suisse avant de s’installer aux États-Unis en 1947.

À New York, Robert Frank a trouvé du travail comme photographe de mode et photojournaliste. Il a également étudié auprès de photographes influents tels qu’Alexey Brodovitch et Walker Evans. Durant cette période, il a commencé à développer son style unique, caractérisé par une approche brute et spontanée de la capture d’images.

En 1955, il reçut une bourse Guggenheim, lui permettant d’entreprendre un voyage de deux ans à travers les États-Unis. Durant cette période, il a pris plus de 28 000 photographies, capturant l’essence de la culture et de la société américaine.

Le résultat fut son œuvre phare, ‘The Americans », un livre de 83 photographies en noir et blanc qui remettaient en question les normes traditionnelles de la photographie documentaire et offraient une vision brute et non filtrée de la vie américaine.

Style et techniques photographiques

Le style photographique de Robert Frank se caractérise par son approche non conventionnelle de la composition, de la mise au point et de l’exposition. Évitant les normes rigides de la photographie documentaire traditionnelle, Robert Frank a adopté la spontanéité et l’imperfection dans ses images. Il utilisait souvent un appareil photo Leica 35 mm, ce qui lui permettait de capturer rapidement des instants fugaces dans les rues.

Les photographies de Frank sont marquées par leur intensité émotionnelle et le sentiment d’intimité qu’il crée avec ses sujets. Il avait une capacité remarquable à transmettre l’ambiance et l’atmosphère d’une scène à travers ses images, employant souvent des angles et des points de vue inhabituels pour défier le point de vue du spectateur.

Faits marquants de sa carrière

  • La publication de « The Americans » en 1959 marque un tournant dans sa carrière et dans le monde de la photographie. Le livre a d’abord été critiqué pour son portrait brut de la société américaine, mais il a rapidement été reconnu comme une œuvre révolutionnaire qui a changé à jamais le cours de la photographie de rue.
  • Dans les années 1960, il s’est tourné vers le cinéma, réalisant plusieurs documentaires, dont « Pull My Daisy » (1959), « Me and My Brother » (1965) et « Cocksucker Blues » (1972), un film controversé documentant le Tournée américaine des Rolling Stones en 1972.
  • En 1996, Frank a reçu le prestigieux prix Hasselblad pour sa contribution au domaine de la photographie.
photographe célèbre

Équipement de photographie

Tout au long de sa carrière, Robert Frank était connu pour sa préférence pour les appareils photo légers et compacts, qui lui permettaient de se déplacer rapidement et discrètement tout en capturant des images dans la rue. Certains des appareils qu’il a utilisées sont :

  • Leica M3 : cet appareil photo télémétrique 35 mm était l’un des préférés de Robert Frank en raison de son fonctionnement rapide et silencieux, lui permettant de capturer des moments francs sans attirer l’attention sur lui.
  • Nikon S2 : autre appareil photo télémétrique, le Nikon S2 était connu pour sa fiabilité et sa qualité d’image exceptionnelle, ce qui en faisait un choix populaire parmi les photographes de rue de l’époque.

Livres de photographie

The Americans : publié pour la première fois en France en 1958 puis aux États-Unis en 1959, Les Américains de Robert Frank a transformé le cours de la photographie du 20ème siècle. Composé de 83 photographies, il a fouillé sous la surface de la vie américaine, capturant des images d’une société aux prises avec le racisme, les problèmes politiques et une culture de consommation naissante. Ce livre a aussi révolutionné la photo avec ses liens thématiques, conceptuels et linguistiques entre les images, ce qui en fait une ressource précieuse pour les photographes cherchant à comprendre le pouvoir de la narration à travers les photos.

Lire aussi  Sac photo personnalisé : une idée de cadeau originale

In America : en se concentrant sur l’œuvre américaine moins connue de Robert Frank des années 1950, ce livre offre un aperçu complet de son parcours révolutionnaire. Les 131 planches soigneusement séquencées incorporent à la fois des images bien connues des Américains et plus de 100 photos inconnues ou peu familières, permettant aux lecteurs d’explorer les thèmes et les stratégies derrière son travail. Le texte de Peter Galassi propose une analyse détaillée des débuts de la carrière photographique de Frank, examinant comment il a utilisé un vocabulaire polyvalent du 35 mm pour redéfinir le potentiel artistique.

Good Days Quiet : dans ce livre introspectif, Robert Frank documente sa maison rustique à Mabou, en Nouvelle-Écosse, où il passait ses étés avec sa femme June Leaf. Les photos intimes présentent des portraits d’amis et de famille, ainsi que des images de l’intérieur simple de la maison et des paysages environnants. L’utilisation de tirages Polaroid, affichant une détérioration et une manipulation délibérées, ajoute une couche unique à son travail. Ce livre offre un aperçu des possibilités artistiques de mélanger les techniques photographiques, de capturer l’essence des souvenirs personnels et de créer un récit visuel cohérent.

Hold Still, Keep Going : cette publication explore le lien entre la photographie et le cinéma de Robert Frank, comblant une lacune critique dans la compréhension de ses contributions artistiques. Hold Still, Keep Going examine l’influence du cinéma sur la photographie de Frank et l’interaction entre les images fixes et animées qui captive l’artiste depuis la fin des années 1950. L’approche non chronologique présente des photographies, des images fixes, des pellicules 35 mm et des photomontages, offrant aux lecteurs une vision cohérente du parcours artistique aux multiples facettes de Frank. Avec un nouvel essai de Tobia Bezzola, ce livre est un ajout essentiel à toute collection de photographies ou de films, fournissant un aperçu inestimable des possibilités créatives qui se trouvent à l’intersection de ces deux disciplines.

Citations de Robert Frank

« L’œil doit apprendre à écouter avant de regarder. »

« Il y a une chose que la photographie doit contenir, l’humanité du moment. »

« Le noir et le blanc sont les couleurs de la photographie. Pour moi, ils symbolisent les alternatives d’espoir et de désespoir auxquelles l’humanité est à jamais soumise. »

« Quand les gens regardent mes photos, je veux qu’ils ressentent ce qu’ils ressentent lorsqu’ils veulent lire deux fois un vers d’un poème. »

« La photographie est la vérité. Le cinéma est la vérité vingt-quatre fois par seconde. »

Héritage et influence

L’impact de Robert Frank sur le monde de la photographie de rue est indéniable. Son approche innovante et peu orthodoxe a inspiré des générations de photographes, dont Garry Winogrand, Diane Arbus et Joel Meyerowitz. Ces photographes, comme Robert Frank, sont connus pour leur capacité à capturer l’essence de l’émotion et de l’expérience humaines dans leur travail, remettant en question les normes de la photographie documentaire.

Parmi les autres photographes que vous voudrez peut-être consulter figurent Henri Cartier-Bresson, Helen Levitt et Vivian Maier, dont chacun a laissé une marque distincte sur l’histoire de la photographie de rue. L’influence durable de Frank sur le genre témoigne de sa vision unique et du pouvoir de ses images à susciter des émotions, à provoquer la réflexion et à inspirer ses collègues photographes à repousser les limites de leur art.