Histoire de la photographie

Histoire de la photographie

Les débuts de la photographie ont commencé il y a près de 200 ans, lorsque le premier prototype d’appareil photo a été développé à partir d’une simple boîte permettant de prendre des photos floues. L’histoire de la photographie a évolué depuis les photos brutes jusqu’aux mini-ordinateurs de haute technologie que l’on trouve dans les reflex numériques et les smartphones d’aujourd’hui. Voici un aperçu de l’histoire fascinante de la photographie, y compris les faits saillants et les développements majeurs de cette forme d’art scientifique.

Le premier concept de photographie

Le concept de base de la photographie existe depuis environ le 5ème siècle avant notre ère. Ce n’est que lorsqu’un scientifique irakien a développé ce qu’on appelle la camera obscura (littéralement « chambre noire ») au 11ème siècle que cet art est né.

Même alors, la caméra n’enregistrait pas réellement d’images, elle les projetait simplement sur une autre surface. Les images étaient également à l’envers, même si elles pouvaient être retracées pour créer des dessins précis d’objets réels tels que des bâtiments.

La première camera obscura utilisait un sténopé dans une tente pour projeter une image de l’extérieur de la tente dans la zone sombre. Ce n’est qu’au 17ème siècle, plus précisément en 1685, que l’auteur allemand Johann Zahn a imaginé un prototype de camera obscura suffisamment petit pour être portable.

YouTube video

Développer les premières images permanentes

La photographie, telle que nous la connaissons aujourd’hui, a commencé au début des années 1800 en France, lorsque l’inventeur Joseph Nicéphore Niépce a créé un prototype d’appareil photo en 1816. Il a utilisé une camera obscura portable pour exposer à la lumière une plaque d’étain recouverte de bitume de Judée (une sorte de goudron). Il s’agit de la première image enregistrée qui ne s’estompe pas rapidement. On lui attribue la prise de la photographie la plus ancienne, datée de 1826, d’une vue depuis la fenêtre de sa maison.

Le succès de Niépce conduit à plusieurs autres expériences et la photographie progresse très rapidement. Les daguerréotypes, les plaques d’émulsion et les plaques humides ont été développées presque simultanément entre le milieu et la fin du 19ème siècle.

Avec chaque type d’émulsion, les photographes ont expérimenté différents produits chimiques et techniques. Voici les trois qui ont joué un rôle déterminant dans le développement de la photographie moderne :

1. Le Daguerréotype

L’expérience de Joseph Nicéphore Niépce a conduit à une collaboration avec Louis Jacques Mandé Daguerre. Le résultat fut la création du daguerréotype en 1837, défini comme une image préservée sous forme d’objet, ou de photographie, capturée par un procédé photographique ancien. Voici à peu près comment fonctionnait cet appareil photo :

  • Une plaque de cuivre était recouverte d’argent et exposée à de la vapeur d’iode avant d’être exposée à la lumière.
  • Pour créer l’image sur la plaque, les premiers daguerréotypes devaient être exposés à la lumière pendant 15 minutes maximum.
  • Le daguerréotype était très populaire jusqu’à ce qu’il soit remplacé à la fin des années 1850 par les plaques d’émulsion.

2. Les plaques d’émulsion

Les plaques d’émulsion, ou plaques humides, ont été utilisées entre les années 1830 et 1870 (avant l’invention des plaques sèches en 1871).4 Les plaques humides étaient moins chères que les daguerréotypes et ne nécessitaient que deux ou trois secondes de temps d’exposition. Cela les rendait beaucoup plus adaptés aux portraits, qui étaient l’utilisation la plus courante de la photographie à l’époque. De nombreuses photographies de la guerre civile ont été réalisées sur des plaques humides.

Ces plaques humides utilisaient un processus d’émulsion appelé procédé au collodion, plutôt qu’un simple revêtement sur la plaque à mémoire. C’est à cette époque que des soufflets ont été ajoutés aux appareils photo pour faciliter la mise au point.

Deux types courants de plaques d’émulsion étaient l’ambrotype et le fertype. Les ambrotypes utilisaient une plaque de verre au lieu de la plaque de cuivre des daguerréotypes. Les ferrotypes utilisaient une plaque de fer blanc. Bien que ces plaques soient beaucoup plus sensibles à la lumière, il a fallu les développer rapidement. Les photographes avaient besoin de produits chimiques à portée de main et beaucoup voyageaient dans des wagons qui faisaient également office de chambre noire.

3. Les plaques sèches

En 1871, la photographie fit un autre grand pas en avant. Richard Maddox a créé la photographie sur plaque sèche, connue sous le nom de photographie par procédé à la gélatine, une technique presque égale aux plaques humides en termes de vitesse et de qualité, mais bien plus fonctionnelle. En 1873, Charles Harper Bennett apporta encore plus d’améliorations au processus pour une meilleure qualité photo.

Ces plaques sèches pouvaient être stockées plutôt que fabriquées selon les besoins. Cela a donné aux photographes beaucoup plus de liberté pour prendre des photos. Le processus a également permis d’utiliser des appareils plus petits pouvant être tenus à la main et est devenu le précurseur du processus de rouleau de film. À mesure que les temps d’exposition diminuaient, le premier appareil photo doté d’un obturateur mécanique a été développé.

Lire aussi  La signification du fond noir dans la culture populaire
YouTube video

L’aube du film en rouleau

Jusqu’à ce que l’entrepreneur George Eastman crée la Eastman Dry Plate Company en 1881 (qui fut réincorporée sous le nom d’Eastman Kodak Company en 1892), la photographie était réservée aux professionnels et aux très privilégiés.

En 1888, Eastman a lancé un film en rouleau flexible qui ne nécessitait pas de changer constamment les plaques solides. Cela lui a permis de développer un appareil photo autonome pouvant contenir 100 poses de film. L’appareil photo avait un petit objectif unique sans réglage de mise au point. L’utilisateur prenait des photos et renvoyait l’appareil à l’usine pour que le film soit développé et imprimé, un peu comme les appareils photo jetables modernes. L’appareil photo a continué d’évoluer, pour finalement devenir plus abordable et produit en série dans les années 1940, quelques années après la mort d’Eastman.

Fait intéressant dans l’histoire de la photographie

Dans les années 1930, Henri Cartier-Bresson, connu comme le maître de la photographie sur le vif, utilisait des appareils photo 35 mm pour prendre des images spontanées de personnes et d’événements, y compris les efforts de guerre européens. Plus tard dans la décennie, à partir de 1939, les photojournalistes sont entrés dans l’histoire de la photographie en capturant des images de la Seconde Guerre mondiale, qui ont toutes façonné à jamais le visage de la photographie en tant qu’outil d’information et de communication.

La magie des images instantanées

L’appareil photo Polaroid, également connu sous le nom de modèle 95, a fait ses débuts en 1948, créé par l’inventeur Edwin H. Land. La photographie instantanée est devenue un énorme succès grâce à un processus chimique utilisé pour développer un film à l’intérieur de l’appareil photo en moins d’une minute. Même si l’appareil photo Polaroid n’était pas bon marché, la nouveauté est restée populaire des années 1960 aux années 1970.

Bien que l’appareil photo et le film Polaroid aient pratiquement disparu en raison l’essor de la photographie numérique et de la faillite et la vente de Polaroid Corporation vers 2008, ils ont miraculeusement fait un retour grâce au projet Impossible, également connu sous le nom de Polaroid Original et maintenant simplement Polaroid, qui a acheté la dernière usine de films Polaroid en 2018. La mission de l’entreprise est de préserver les appareils photo Polaroid vintage et leur forme d’art tout en introduisant de nouvelles générations d’appareils photo.

Introduction des appareils photo reflex avancés

Bien que l’appareil photo SLR (reflex à objectif unique) ait fait ses débuts en Europe dans les années 1890 et 1940 (à la même époque où le film couleur était inventé par Agfa), la technologie n’est devenue viable que dans les années 1950. Au cours des 30 années suivantes, les appareils reflex se sont continuellement améliorés et sont restés l’appareil photo de choix.

Innovations dans des appareils plus intelligents

À la fin des années 1970 et au début des années 1980, des appareils photo compacts de qualité « viser et photographier » ont été introduits. Ces appareils contrôlaient les images avec une vitesse d’obturation, une ouverture et une mise au point calculées, laissant les utilisateurs libres de se concentrer sur la composition. Les appareils photo automatiques sont devenus extrêmement populaires auprès des photographes occasionnels. Les professionnels et les amateurs sérieux ont continué à travailler avec des appareils photo reflex, ce qui leur a permis d’effectuer des réglages personnalisés et manuels pour un meilleur contrôle de l’image.

Vers la même période en 1975, Eastman Kodak a développé le tout premier appareil photo numérique qui était gros, encombrant et purement expérimental. Ce n’est qu’en 1989 que Fujifilm a lancé le FUJIX DS-1P dans le commerce, le premier appareil photo numérique (c’est-à-dire qu’il avait une carte de stockage mémoire et non un disque dur détaché).

L’essor de la photographie numérique

Dans les années 1980 et 1990, de nombreux fabricants ont commencé à introduire des appareils photo numériques grand public et professionnels. En 1991, Kodak a lancé le DCS 100, le premier appareil photo reflex numérique disponible dans le commerce.

En 1997, un nouveau père a fait la une des journaux en équipant un téléphone portable pour prendre une photo de la naissance de son bébé. En 2000, les fabricants de téléphones japonais ont développé des téléphones portables dotés de capacités d’appareil photo et le concept a rapidement pris racine aux États-Unis au début des années 2000. Depuis lors, la qualité des caméras des téléphones portables a augmenté de façon exponentielle.

L’histoire de la photographie n’est probablement pas encore terminée, mais elle reste stable, car les appareils photo de base prennent des photos numériques de haute qualité, la plupart d’entre nous dépendent des appareils photo des smartphones pour documenter notre vie quotidienne, et les photographes professionnels continuent de s’appuyer sur des reflex numériques pour prendre des images de qualité supérieure.