photographie animalière éthique conseils

Comment vous assurer que vous pratiquez la photographie animalière éthique ?

Alors que le public est de plus en plus conscient des menaces qui pèsent sur les animaux (de la déforestation des forêts tropicales humides à la perte de la banquise dans l’Arctique), les photographes de conservation sont devenus parmi les défenseurs les plus influents de notre planète. Dans le même temps, la communauté de la photographie s’est prononcée sur l’importance de développer et de suivre des pratiques et des lignes directrices éthiques, sans nuire aux animaux et à leur environnement. Dans ce guide, nous examinerons de plus près ce que signifie la photographie animalière éthique avec quelques conseils.

1. Faites des recherches

En tant que photographe animalier, vous entrez dans l’espace de quelqu’un d’autre. Il est donc important de faire vos devoirs non seulement sur l’animal que vous allez documenter, mais également sur toute autre espèce vivant dans la région. « Traitez tous les animaux de la même manière », recommande l’équipe 500px. « Une action qui pourrait ne pas nuire au renard que vous photographiez pourrait interférer avec un oiseau qui partage le même habitat. »

Effectuez des recherches en ligne, consultez des livres et des experts sur l’écosystème et les espèces. Ces experts peuvent être des collègues photographes, écologistes ou défenseurs de l’environnement. Si vous travaillez dans un parc national, embaucher un guide local peut être vraiment très utile. Ce type de recherche approfondie façonnera la manière de travailler avec la faune et pourra conduire à des passions qui dureront toute une vie.

Lorsque Lea Milde s’est lancée dans la photo, elle a obtenu un diplôme en gestion, recherche et conservation de la faune ; Depuis, elle poursuit une maîtrise ès sciences en écologie et gestion de la faune. Plus vous en saurez sur les espèces sauvages, leurs habitats et les menaces auxquelles elles sont confrontées, mieux vous serez équipé pour les photographier.

2. Faites attention pendant la saison de reproduction

La recherche est doublement importante pendant la saison de nidification, lorsque les animaux sont particulièrement vulnérables et ont besoin de plus d’espace. Par exemple, en photographiant le Pic épeiche dans l’Emsland, en Allemagne, Anskar Lenzen savait que si les humains s’approchaient trop près, les oiseaux cesseraient de nourrir leurs petits et éviteraient de s’approcher du nid. « Chaque perturbation peut avoir des conséquences dévastatrices, soit pour les parents, soit pour les bébés », explique le photographe.

3. Gardez vos distances

Les paroles de sagesse d’Anskar nous amènent directement à notre prochain conseil : maintenir une distance de sécurité à tout moment. Si vous photographiez dans une zone protégée, suivez les règles et les sentiers balisés. Dans certains endroits, les drones peuvent être très perturbateurs pour la faune. Assurez-vous que vous êtes autorisé à photographier sur place et apportez votre téléobjectif pour capturer ces moments lointains dans la nature.

Cela peut aller de soi, mais ne poursuivez jamais un animal. La photographie animalière demande de la patience et ne peut pas être précipitée. Si vous modifiez le comportement d’un animal, vous êtes trop proche. C’est ici que la connaissance de l’espèce s’avère essentielle, car vous devez être capable de reconnaître les signes subtils de stress ou d’anxiété.

En plus de maintenir une distance physique, vous pouvez vous fondre dans votre environnement grâce à l’utilisation de camouflage. Les pièges photographiques à distance offrent également des moyens inédits de photographier les animaux sans jamais pénétrer dans leur espace. Veillez à ce que le placement soit sûr, éthique et autorisé; par exemple, évitez de placer un piège photographique dans une zone qui bloque une tanière ou un nid. Découvrez comment choisir un piège photographique si vous voulez en savoir plus.

comment choisir un piège photographique

4. Ne laissez aucune trace

Lorsque vous faites de la photographie dans la nature, veillez à laisser votre environnement tel que vous l’avez trouvé en arrivant, ou mieux. Évitez d’emporter quoi que ce soit avec vous ou de laisser quoi que ce soit derrière vous, comme de la nourriture ou des déchets. Si vous voyez des déchets laissés par d’autres, ramassez-les et jetez-les.

(Une autre chose facile à négliger, mais essentielle à prendre en compte, est l’utilisation du flash dans certains environnements. Dans certains cas, comme pour photographier des oiseaux nocturnes, le flash peut être nocif, alors faites vos recherches.)

Lire aussi  Comment envoyer des photos par mail facilement et rapidement ?

5. N’utilisez pas l’appâtage

L’appâtage au moyen de nourriture ou de sons n’est pas éthique, car cela perturbe le comportement naturel de l’animal et peut altérer son régime alimentaire naturel. Dans certains endroits, habituer un animal au contrat humain en le nourrissant peut entraîner la mort de cet animal. Dans le parc national de Grand Teton, par exemple, des cas ont été signalés où des animaux sauvages s’approchaient des voitures pour se nourrir, exposant ces animaux au risque d’être tués sur la route. Le sauvage doit rester sauvage !

ours polaire et son bébé

6. N’allez pas dans les fermes à gibier

Photographier des animaux sauvages en captivité soulève un certain nombre de préoccupations éthiques, dont la plus importante est le bien-être des animaux. Les fermes à gibier destinées aux photographes, par exemple, sont connues pour garder les animaux en cage et utiliser de la nourriture comme appât. Certains de ces animaux n’ont jamais connu la nature, ayant été élevés et exploités à des fins lucratives. D’autres ont été volés à leur mère puis vendus à des revendeurs. Il s’agit d’une pratique cruelle et inacceptable.

Bien sûr, une exception majeure serait si vous travaillez avec un centre de sauvetage ou de réadaptation réputé, tel que Merazonia en Équateur, ou des organisations comme le David Sheldrick Wildlife Trust au Kenya ou Save the Chimps aux États-Unis. Les sanctuaires légitimes accordent la priorité au bien-être des animaux. Gardez à l’esprit que n’importe qui peut se qualifier de « sanctuaire », il est donc important de se renseigner sur tout endroit que vous envisagez de visiter pour vérifier ses informations d’identification. Si vous photographiez un animal dans un sanctuaire, soyez clair dans votre légende sur les circonstances.

7. Évitez la manipulation

La mise en scène est un interdit en photographie animalière pour deux raisons principales : premièrement, elle est inhumaine et deuxièmement, elle induit le public en erreur. Évitez de ramasser, de manipuler ou de déplacer des animaux. Faire « poser » un animal sauvage n’est jamais acceptable, pas plus que supprimer ou déplacer des parties de son environnement ou de son habitat. Enlever des brindilles ou des branches à proximité du nid d’un oiseau, par exemple, peut très facilement mettre ce nid en danger.

Au-delà de la mise en scène, la retouche photo peut également être réalisée en post-production grâce à des techniques telles que le compositing. Bien que ces pratiques ne soient pas nécessairement contraires à l’éthique en elles-mêmes, il serait contraire à l’éthique de faire passer une photographie manipulée pour une « vraie chose ». Au lieu de cela, il faudrait qu’elle soit légendée comme tel, indiquant clairement qu’il s’agit d’une œuvre d’art et qu’elle ne peut pas être considérée comme une photographie animalière traditionnelle.

Une question connexe implique l’inclusion d’animaux morts ou empaillés, qui devraient toujours être clairement légendés. Un incident très médiatisé s’est produit en 2018, lorsqu’une image a été disqualifiée du concours du photographe animalier de l’année du Musée d’histoire naturelle après qu’il a été déterminé qu’elle représentait un animal empaillé.

8. Protégez vos sujets

Ces dernières années, le sujet de la géolocalisation a fait son chemin dans les cercles de photographie animalière, avec une inquiétude croissante quant à la possibilité que les braconniers utilisent ces informations pour suivre les animaux. La dernière pièce du puzzle éthique se résume souvent à l’endroit et à la manière dont vous partagez vos images : si partager la localisation d’un animal risque de le mettre en danger, de la part des braconniers ou même du public mal informé et curieux, gardez-le pour vous.

Enfin, si vous voyez vos collègues photographes outrepasser les limites éthiques, éduquez-les poliment, informez-les ou signalez-les aux autorités. Soyez respectueux des autres photographes du domaine et cultivez un esprit de communauté et d’apprentissage.

S’éduquer et éduquer les autres est la première étape vers le développement et la normalisation de pratiques photographiques humaines. Modélisez un comportement éthique et devenez un exemple que d’autres amoureux des animaux et photographes peuvent suivre. Au fil du temps, vous pourrez élaborer un guide personnel sur la photographie animalière éthique, basé sur votre expérience sur le terrain. Partagez-le avec d’autres et utilisez votre travail comme plate-forme pour amplifier les efforts de conservation qui vous tiennent à cœur.