forêt piège photographique

Les critères à prendre en compte pour choisir un piège photographique

Voici un guide d’achat pour vous aider à choisir un piège photographique, mais avant d’aborder les paramètres utiles, expliquons les bases à ceux qui ne le connaissent pas.

Qu’est-ce qu’un piège photographique ?

Les pièges photographiques sont des appareils de plus en plus appréciés ces dernières années par ceux qui aiment observer les animaux dans leur habitat ou ont besoin d’un outil de vidéosurveillance, même si une caméra vidéo serait plus adaptée à cet usage.

Fabriqué avec des finitions de camouflage, un piège photographique est installé à l’extérieur, généralement fixé sur des poteaux ou des arbres, et est activé de jour comme de nuit avec une minuterie ou à l’approche d’animaux de différentes tailles, prenant des photos avec ou sans flash et créant des vidéos pouvant être consultés ultérieurement.

En effet, il permet de prendre des photos ou de filmer tout mouvement se produisant dans son rayon d’action sans perturber les activités des sujets filmés, grâce à ses très petites dimensions et ses coques de camouflage spécialement conçues pour cacher l’appareil dans un environnement naturel. Il peut donc être un outil utile pour de nombreux utilisateurs et professionnels, notamment les photographes animaliers et les biologistes.

De quoi est-il composé ?

Un piège photographique est généralement composé de quelques éléments fondamentaux :

  • Appareil photo : c’est le corps principal de l’appareil, qui prend des photos et des vidéos en les enregistrant sur une carte mémoire. Parfois, il est équipé d’un écran, comme les appareils photo numériques, et est enfermé dans un boîtier antichoc.
  • Capteur de mouvement : active l’appareil quand un sujet se déplace à sa portée.
  • LED infrarouge à faible émission : permet de prendre des images même dans des faibles conditions d’éclairage, sans émettre de lumière ni déranger les sujets filmés.
  • Connexion internet : pour vérifier ce qui se passe en direct, via smartphone ou télécommandes ; possible uniquement avec une carte SIM activée.

La couverture externe est généralement résistante à l’eau avec une certification IP et est toujours camouflée pour mieux se cacher dans l’environnement. Sur les côtés se trouvent une ou plusieurs sangles, nécessaires pour fixer le corps aux troncs, poteaux ou clôtures. Certains modèles disposent également d’une connexion trépied pour les fixer sur des socles spéciaux. Un anneau pour insérer un cadenas est présent dans tous les modèles du marché. Les appareils les plus récents disposent également de sorties pour câbles de connexion aux panneaux solaires, toujours vendus séparément, ou à des batteries externes protégées par un boîtier antichoc, qui augmentent la longévité du piège photographique une fois posé.

Passons maintenant en revue les différents paramètres à prendre en compte absolument avant de décider quel piège photographique acheter :

1. Qualité photo et vidéo

Comme c’est le cas pour les photos et les caméras vidéo, le piège photographique doit également être évalué avant tout en fonction de la qualité des images qu’il propose. Il existe différents paramètres à prendre en considération lors de l’évaluation de cet aspect, que nous tenterons d’analyser plus en détail dans les paragraphes ci-dessous.

Résolution et définition

La résolution d’une photo se mesure généralement en indiquant les mégapixels (MP) à partir desquels l’image est composée, valeur qui dépend du capteur de l’appareil photo utilisé. Chaque photographie est en effet constituée d’un nombre variable de points, qui sont appelés pixels : plus il y a de points, plus la surface occupée par l’image créée est grande. La plupart des pièges photographiques actuellement en vente sur le marché vont de 12 à 32 MP, une norme comparable à celle de nombreux smartphones.

La qualité de l’image dépend également de la définition, c’est-à-dire de la concentration de pixels dans une zone de l’image d’un pouce de large, traditionnellement mesurée en PPP, pixel par pouce. Selon la règle, plus il y a de PPP, moins granuleuse est la photo. Parfois, même si l’on n’obtient pas de clichés adaptés à d’excellents tirages, le résultat est plus que suffisant pour l’utilisation de pièges photo, c’est-à-dire pour la visualisation sur un ordi ou un téléphone.

Si vous souhaitez imprimer les photos, vous devez tenir compte du fait qu’avec un capteur de 12 MP, il est possible d’obtenir un tirage photographique d’une taille maximale d’environ 28 x 35 cm, tandis que si vous atteignez 24 MP, vous pouvez atteindre 70×100 cm. Mais même si la photo n’est pas granuleuse, cela ne veut pas dire qu’elle est nette, équilibrée dans la gestion de la lumière et des ombres, avec des couleurs adéquates, etc. Ceux-ci dépendent entre autres des conditions dans lesquelles la photo a été prise, des objectifs et du logiciel.

Vidéo

En ce qui concerne les vidéos, une nomenclature différente est utilisée, même si le concept de base lui-même ne change pas. En fait, on parle de résolution verticale, dans laquelle on compte le nombre de lignes verticales de 1 px de large qui composent l’image. La norme la plus répandue est le 1 080p, dit Full HD ou FHD, correspondant à 1 920 x 1 080 pixels. Certains modèles plus anciens et moins chers peuvent encore être limités à 720p (HD-Ready), mais la plupart des nouveaux modèles actuellement sur le marché vont même jusqu’à des résolutions 4K (environ 4 000p). Comme pour les images, plus la résolution est élevée, mieux il sera possible de visualiser les vidéos et de zoomer sur les détails qui nous intéressent. Si toutefois vous souhaitez regarder des vidéos sur un écran, par exemple sur une smart TV, vous devez tenir compte du fait que si l’écran est 4K, il serait préférable d’acheter une caméra 4K.

Flash

Le flash est un élément qui devrait être totalement absent d’un bon piège photographique. En effet, une forte émission lumineuse représente un élément perturbateur pour toutes les utilisations possibles d’un piège photographique, qu’il fasse office de caméra de surveillance ou qu’il se limite à l’observation et à l’enregistrement de la vie des animaux sauvages. Les flashs à condensateur sont absents, remplacés tout au plus par des systèmes d’éclairage à LED qui permettent différents réglages, généralement assez simples à régler.

critères pour choisir un piège photographique

Vitesse d’obturation

La vitesse d’obturation est fondamentale pour un piège photographique, puisqu’il est conçu avant tout pour capturer des images d’animaux (ou parfois de personnes) en mouvement. Plus la vitesse à laquelle l’appareil photo est capable de prendre une photo est grande, plus la photo sera nette dans le cas où le sujet filmé est en plein mouvement rapide.

Pour un bon résultat, vous devez choisir un piège photographique qui garantit une vitesse inférieure à une seconde : c’est pourquoi de nombreux modèles se situent aujourd’hui à une norme allant de 0,2 à 0,5 seconde. Cette vitesse permet de capturer des clichés d’animaux sauvages ou d’humains en mouvement et constitue un facteur très important, car les sujets ne poseront jamais avant d’être immortalisés. Il existe également, pour presque tous les produits du marché, des fonctions de prise de vue en rafale qui consomment moins de mémoire qu’une vidéo, mais offrent plus de documentation sur la détection elle-même. Généralement les tirs en rafale sont au nombre de 10 à 15 dans les modèles les plus sophistiqués.

Infrarouge

La vision nocturne est considérée comme essentielle lors du choix du piège photographique à acheter. Normalement, ce sont des LED à faible émission, capables d’émettre des rayons infrarouges et de capturer des images suffisamment nettes même en l’absence totale de lumière. A la technologie LED s’ajoute l’optimisation automatique par le logiciel, ou l’interpolation des images pour calibrer les ISO, qui sont ajustées à des valeurs élevées pendant les heures de nuit. Il n’est souvent pas possible de modifier ces paramètres manuellement et il existe évidemment un rayon maximum dans lequel il sera possible d’obtenir des photos de qualité, qui est d’environ 15 m et dépasse rarement 30 m.

Capteurs de mouvement

Situés sur la face avant du piège photo, ils permettent d’activer l’appareil en fonction d’un mouvement extérieur. Les capteurs de mouvement sont pratiquement toujours infrarouges PIR (Passive InfraRed), une technologie qui détecte le rayonnement thermique émis par les corps se déplaçant dans l’espace. La technologie est la même que celle utilisée dans les alarmes antivol des appartements. Il peut y en avoir plusieurs dans les modèles plus sophistiqués. Ils sont souvent reconnaissables sous la forme de cercles de matériau sombre et opaque sur le corps du piège photographique. Généralement, dans les modèles les plus récents, il y en a un frontal et deux latéraux, avec un angle de vision de 60° pour le principal et de 30° pour les secondaires, qui ensemble couvrent la plus grande surface possible de détection.

Angle de vision

L’angle de vision est un dernier élément à prendre en compte lors de l’évaluation de la qualité d’image d’un piège photographique. Généralement, il est préférable d’opter pour un angle plutôt grand, qui permet de surveiller une zone plus large de l’environnement.

Aujourd’hui, vous pouvez trouver des modèles allant de 50 à 120-130° d’angle de vision, mais évidemment le choix doit aussi se porter sur un produit adapté à vos besoins. Si vous n’avez besoin de surveiller qu’une petite zone, il sera inutile d’investir dans un modèle plus cher offrant une vision très large. L’angle de vision infrarouge ne correspond pas exactement à la prise de vue de la caméra, il faudra donc effectuer quelques tests pour pouvoir parfaitement calibrer l’appareil et couvrir la zone d’intérêt de manière optimale.

2. Batterie et autonomie

Lorsque l’on réfléchit au piège photographique à acheter, il faut savoir qu’un des atouts majeurs est lié à la possibilité de le laisser allumé pendant de longues périodes sans avoir à se soucier de la batterie, grâce à la présence du capteur de mouvement, ce qui permet de maintenir l’appareil en veille jusqu’à ce que vous ayez réellement besoin de l’activer.

Lorsqu’il n’y a rien à surveiller, le piège photographique reste donc dans un état de très faible consommation et a donc une très longue autonomie. La majorité des modèles, même ceux de gamme moyenne-basse, peuvent atteindre au moins quatre mois en veille, tandis que les plus chers dépassent huit mois. Il faut cependant garder à l’esprit que si le piège photographique doit être activé très souvent, ces données peuvent varier de manière très importante.

En ce qui concerne le type de pile, les piles alcalines AA ou AAA sont principalement utilisées. Généralement, quatre à huit piles sont nécessaires, ce qui nécessite un investissement supplémentaire, mais c’est optimisé par la longue durée de vie. Pour des solutions plus professionnelles il est aussi possible d’acheter un piège photographique avec un panneau solaire, qui peut être plus difficile à dissimuler, ou une alimentation externe. Les alimentations externes ont souvent la même forme que les pièges photographiques, c’est à dire qu’il s’agit de grosses batteries logées dans un boîtier antichoc décoré d’un motif camouflage.

3. Résistance et certification IP

Étant donné que les pièges photographiques doivent être placés dans des espaces extérieurs, pour la plupart non protégés, leur corps doit garantir une résistance à l’humidité, à la pluie, à la poussière et à l’intrusion d’objets solides, ainsi qu’aux températures ambiantes extrêmes. Les meilleurs modèles peuvent fonctionner de -20° à 75°, tandis qu’en ce qui concerne la protection, il suffit de vérifier la présence d’une certification IP (International Protection).

La lecture de cette indication est assez simple : le sigle IP est généralement suivi de deux chiffres, le premier indiquant le niveau de protection contre l’accès de parties dangereuses (de la poussière, au sable, aux petits objets), tandis que le second indique la résistance aux liquides (de petites gouttes d’eau douce à une immersion complète pendant une période prolongée). Dans le cas où le produit ne serait pas équipé d’une de ces caractéristiques, on trouve à la place du numéro un X (ou un 0). Les modèles les plus modernes, dans la gamme de prix moyenne, atteignent aujourd’hui jusqu’à IP66 ou IP68. Il existe également des capots métalliques très solides pour les conditions atmosphériques très difficiles, par exemple plusieurs degrés en dessous de zéro, et pour protéger l’appareil des gros animaux.

4. Mémoire

Comme tout type d’appareil photo numérique, les pièges photographiques nécessitent également l’utilisation d’espace de stockage pour enregistrer des photos et des vidéos. Normalement, ces appareils vous permettent d’utiliser une carte SD ou SDHC d’une taille maximale de 128 Go, du moins si vous n’avez pas l’intention d’investir dans du matériel professionnel, qui permet de sauvegarder des fichiers beaucoup plus volumineux.

Parfois, un support de stockage est inclus avec l’achat, mais cela ne permet guère d’exploiter la capacité de stockage maximale. Il faut également considérer que la durée des clips vidéo (qui prennent beaucoup plus de place que des photos individuelles) peut souvent être limitée à quelques minutes, soit automatiquement, soit manuellement.

Cela évite que la mémoire de stockage ne soit épuisée en quelques jours, surtout si vous prévoyez de laisser l’appareil photo au même endroit pendant plusieurs semaines.

Piège photographique Hapimp
La Hapimp PH810W est dotée d’une connectivité WIFI/Bluetooth pour le contrôle à distance, enregistre en 4K UHD et capture des images de 48MP, offre une vision nocturne claire grâce à ses LEDs infrarouges, possède une vitesse de déclenchement rapide et un large angle de détection, et est conçue pour résister aux intempéries tout en offrant des fonctionnalités avancées comme la photographie en rafale.

5. Facilité d’utilisation

Le dernier aspect à considérer pour choisir le meilleur piège photographique concerne la facilité d’utilisation, même pour les utilisateurs qui n’ont pas encore d’expérience avec des appareils similaires. Voyons en détail quelques éléments à prendre en compte :

Accessoires de pose

Les accessoires les plus courants, généralement inclus, sont de simples supports permettant de fixer le piège photographique aux arbres, poteaux ou autres surfaces.

Il existe généralement des sangles ou des supports muraux, solutions qui assurent une grande flexibilité dans le positionnement de la caméra. Parfois, il existe également une petite télécommande pour activer l’appareil à distance, dans le cas où vous préférez surveiller personnellement la scène et éviter de vous fier uniquement aux capteurs automatiques.

Affichage

De nos jours, presque tous les pièges photographiques sont équipés d’un petit écran couleur, d’environ 2 à 3 pouces, pour visualiser rapidement les images et les vidéos avant de décider s’il faut garder le piège photographique au même endroit ou éventuellement le fixer à un autre emplacement. Très souvent, l’écran est protégé par le corps externe, qui ne peut être ouvert que manuellement pour assurer une protection maximale de l’appareil.

D’autres fois, le revêtement extérieur est partiellement transparent, afin de permettre une visualisation plus rapide et pratique. Notons enfin que l’affichage est souvent accompagné d’une série de commandes qui permettent de gérer les paramètres de l’appareil.

Connectivité

Le piège photographique le plus banal possède simplement une mémoire SD sur laquelle sont enregistrées les images. Cependant, la technologie radio offre davantage d’options :

Wi-Fi

Le piège photographique avec connectivité Wi-Fi est idéal si vous voulez vous positionner à une dizaine de mètres de l’appareil et recevoir les clichés et les vidéos en temps réel sur votre smartphone, une fonction extrêmement pratique. Le Wi-Fi est donc utilisé pour connecter la caméra à votre téléphone, pas à Internet. Par exemple, c’est le bon choix si vous soupçonnez qu’un animal sauvage vient visiter votre jardin, mais que vous ne souhaitez pas vous montrer à proximité pour ne pas l’effrayer. Si vous pensez ne pas pouvoir rester à proximité du piège photographique Wi-Fi, mieux vaut vous orienter vers un piège photographique SIM.

SIM

Les pièges photographiques avec SIM permettent la fonction supplémentaire d’alerte immédiate sur notre smartphone dans les zones couvertes par le réseau de téléphonie mobile en cas d’événement important. Ce sont des modèles équipés d’une antenne, tout comme les téléphones portables, grâce à laquelle la caméra peut se connecter au réseau mobile et utiliser Internet. Les premiers à dominer le marché furent Reconyx, Browning Trail et Spypoint. Le message d’alerte peut être envoyé via MMS, e-mail, application mobile et même cloud, vous pouvez donc également surveiller depuis des tablettes et des ordinateurs portables.

Les messages MMS sont essentiellement des photos basse résolution qui s’appuient sur les réseaux GSM et 2G, donc légères et faciles à recevoir. Cependant, l’activation du réseau cellulaire réduit la durée de vie de la batterie de l’appareil, qui devra être rechargée plus fréquemment que la moyenne de 3 à 6 mois qu’offrent ces produits. Avant de l’acheter, pensez à vous rendre au point d’installation avec votre smartphone pour vérifier la présence d’un signal. Après cela, vous pouvez trouver deux types de pièges photographiques avec SIM :

SIM incluse

Dans la plupart des cas, vous aurez une formule « tout compris ». Dans ce cas le piège photographique avec SIM sera du type « bloqué », dans le sens où vous serez obligé d’utiliser la SIM incluse, avec des avantages et des inconvénients. L’opérateur téléphonique, par exemple, n’est peut-être pas français, il s’appuiera donc sur TIM, Vodafone, Wind, etc. en fonction des performances. Le coût du trafic de données entre le piège photographique et le smartphone dépendra dans ce cas des conditions signées par le constructeur avec l’opérateur, vérifiez avant l’achat. Enfin, certains modèles avec SIM ont déjà la carte à l’intérieur de l’appareil, mais pas de contrat téléphonique, il faudra donc signer un contrat Internet avec un opérateur.

SIM non incluse

Le type de réseau mobile utilisé peut avoir des normes différentes (par exemple 3, 4 ou 5 G) et la possibilité d’utilisation dépendra du réseau fourni par l’opérateur téléphonique dominant sur ce territoire spécifique. Par exemple, si vous êtes dans les Alpes, vous devez d’abord vérifier auprès des principaux prestataires le type de couverture, puis découvrir qui propose le tarif le moins cher. Sur cette base, achetez ensuite une carte SIM adaptée.

Questions fréquentes

Les pièges photographiques sont-ils légaux ?

Les pièges photographiques sont normalement installés dans des jardins privés ou des lieux isolés, où personne ne passe. Cependant, il est préférable de ne pas oublier que, pour protéger le droit à la vie privée de chacun, il n’est pas permis de filmer autrui.

Ne dirigez donc pas vos pièges photographiques vers les zones de passage public, telles que les jardins, les cours ou les parkings des copropriétés. Pour protéger notre droit à la sécurité, la loi nous permet de surveiller par vidéo les espaces que nous possédons, en dirigeant le piège photographique exclusivement vers le seuil d’accès privé.

Si vous pensez que vous pourriez accidentellement filmer ou photographier des personnes qui n’entrent pas dans votre propriété, vous devez accrocher des panneaux juste à l’extérieur de la portée d’enregistrement du piège photographique, pour signaler légalement leur présence à toute personne qui pourrait se trouver accidentellement dans la zone.

Combien coûte un piège photographique ?

À moins que vous ne décidiez d’assembler vous-même un piège photographique, en utilisant des composants professionnels tels que des appareils photo reflex et des objectifs de haute qualité, les produits disponibles sur le marché ne présentent pas de variations de prix extrêmes. On distingue cependant une gamme économique qui tourne autour de 50 €, une gamme moyenne qui atteint 150 € et une gamme haute, pour les pièges photographiques professionnels, qui atteint un maximum autour de 280 €.

La différence de prix est généralement justifiée par la qualité supérieure de l’appareil photo, la protection offerte par le boîtier et les technologies supplémentaires intégrées.

En fin de compte, choisir un piège photographique dépendra de l’utilisation : les produits très bon marché n’offrent pas d’excellents résultats et ne sont recommandés qu’à ceux qui veulent l’essayer comme passe-temps, si, hypothétiquement, vous avez une maison dans une zone boisée et que vous voulez voir s’il y a des animaux qui passent la nuit.

Si vous avez besoin de vous équiper d’un piège photographique pour des raisons plus sérieuses, de la vidéosurveillance à la photographie animalière, il est préférable de s’équiper d’un produit avec un prix moyen et d’éviter les modèles trop simples.

Comment installer un piège photographique ?

Les pièges photographiques sont installés de différentes manières. Ils disposent généralement d’une ou deux sangles en nylon, semblables aux bretelles des pantalons de sport ou à celles des sacs à dos, qui peuvent être fixées à des supports existants, tels que des arbres.

Ils peuvent également être fixés sur des supports, pas toujours inclus dans l’emballage, pour les fixer aussi bien sur le bois que sur la maçonnerie, généralement dans des endroits plus cachés ou en hauteur. De nombreux modèles disposent d’un support ISO au bas de l’appareil, similaire à celui des trépieds d’appareil photo. Les supports doivent être vissés avec des chevilles, généralement inclus dans l’emballage ou à commander séparément.

Quelles sont les principales marques ?

Les marques de pièges photographiques les plus établies au monde sont pour la plupart américaines, mais elles sont aujourd’hui menacées par des marques émergentes basées en Chine, qui peuvent offrir un meilleur rapport qualité-prix.

Vous avez peut-être trouvé des pièges photographiques des marques suivantes dans les e-boutiques : Bushnell (Vista Outdoor, USA), Stealth Cam (USA), Browning Trail (développé par Prometheus, USA), Bolymedia (USA) avec BolyGuard, Moultrie (EBSCO Industries , États-Unis ), Cuddeback (Cuddeback Trailer and Equipment) et Spypoint (Canada).

D’autres marques connues à l’étranger, mais peu présentes en France, sont : Wildgame and Muddy (GSM Outdoors, USA), Global Point Products (également EBSCO Industries, USA), HyperFire by Reconyx (Suède) et Covert Scouting Cameras, Bgha. Inc (États-Unis).

Comment choisir un piège photographique ?

Pour choisir un piège photographique, vous devrez évaluer la qualité des photos et des vidéos, l’autonomie, la quantité de mémoire de stockage dont il dispose et sa facilité d’utilisation. Nous nous concentrons sur tous ces paramètres, également en nous basant sur la moyenne des produits du marché, puis sélectionnons les meilleurs disponibles sur le marché.

Où acheter un piège photographique ?

Plusieurs modèles largement vendus sur le web sont vendus par Amazon. En plus de trouver le meilleur prix, je vous recommande aussi de prendre en compte les éventuels frais de livraison et de service client. Pour cela notamment, Amazon n’a guère de rivaux.

PromoMeilleure Vente n° 1
HAZA Caméra de Chasse 2.7K/1580P 58MP FULL HD Camera Chasse Avec Carte SD 32GB Camera Infrarouge Vision Nocturne Animaux Caméra Piege Photographique Étanche Camera Suiveuse Exterieur Traque IR Caméra
  • 【AVEC UNE BELLE QUALITÉ D’IMAGE ET DE VIDÉO】: La Caméra de Chasse HAZA PR800 avec vision nocturne utilise un capteur CMOS couleur de 2 millions de pixels qui peut enregistrer des vidéos 2,7K 1580P et des photos 58MP. Il dispose également d’un objectif grand angle de 120° offrant un large champ de vision. Vous pouvez clairement voir la faune de jour comme de nuit. Regardez les photos de cerfs, de ratons laveurs, d’opossums, etc., d’animaux qui jouent. La vidéo est colorée et détaillée
  • 【Excellente détection de mouvement, aucune image floue, aucune perte】la caméra de chasse HAZA avec détecteur de mouvement adopte la technologie de capteur infrarouge pyroélectrique, une fois qu’un animal entre dans la zone de détection directement de la caméra,Il commencera automatiquement à filmer dans un délai de 0,1 seconde. La détection de mouvement est très précise, caméra de chasse fonctionne bien même dans de mauvaises conditions d’éclairage, sans images floues ni prises de vue manquées.
  • 【VISION NOCTURNE IR SANS LUEUR, IMAGE CLAIRE LA NUIT】La caméra de chasse PR800 adopte 40 LED de vision nocturne infrarouge de processus 940 nm, un circuit d’induction automatique,vous pouvez également prendre des images FHD en noir et blanc à haute luminosité, haute définition et à faible bruit. Les lumières IR détectent les mouvements à une distance de 30 mètres, les animaux n’auront pas peur. Même s’il fait sombre dehors, vous pouvez facilement voir tous les animaux capturés par les caméras.
  • 【ÉTANCHE IP66, EXCELLENTE PROTECTION CONTRE LES INTEMPÉRIES 】la caméra de chasse HAZA PR800 fonctionne bien dans des températures torrides, de fortes pluies, des nuits froides, la qualité photo et vidéo est incroyable même à des températures extrêmes de -20 °C à 60 °C. La caméra de chasse l’indice d’étanchéité est IP66. La couleur du corps est proche de la couleur naturelle et très cachée. HAZA PR800 est la caméra de chasse extérieure la plus adaptée pour vous.
  • 【AVEC CARTE MÉMOIRE HAZA, FACILE À INSTALLER】HAZA PR800 caméra chasse avec une carte SD de 32 Go pour ne pas vous soucier de l’incompatibilité entre la caméra et les cartes. Vous pouvez voir ce que la caméra a enregistré sur l’écran LCD. La caméra est également livrée avec une sangle de montage robuste qui vous permet d’ajuster l’angle de prise de vue selon vos besoins. parfait pour une utilisation dans des endroits variés tels que l’arrière-cour, le jardin, la ferme, la forêt de montagne etc.